Aller au contenu
L’IRENA établit un programme de travail sur les énergies marines renouvelables pour le G20

L’IRENA établit un programme de travail sur les énergies marines renouvelables pour le G20


Un nouveau rapport de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA) conclut que la promotion des énergies renouvelables à l’étranger accélérera la transition énergétique et permettra aux pays du G20 de construire un système énergétique résilient et durable. Énergies marines renouvelables : un plan d’action pour le déploiement Contribue activement à l’agenda du G20 en identifiant des actions qui soutiennent la commercialisation des technologies marines telles que le vent, les vagues, les marées, la chaleur des océans et le photovoltaïque flottant dans le but d’étendre leur portée dans le monde entier. Le rapport a été lancé par le directeur général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) Francesco La Camera lors de la réunion des ministres de l’Environnement, du Climat et de l’Énergie du Groupe des Vingt (G20) à Naples.

« Les énergies marines renouvelables ont le potentiel de répondre à plus de vingt fois la demande énergétique mondiale actuelle », a-t-il déclaré. Francesco pas de caméraDirecteur général de l’Agence internationale des énergies renouvelables. « Les énergies marines renouvelables en particulier sont un pilier clé pour décarboner les systèmes énergétiques et stimuler l’économie bleue mondiale. Je félicite la présidence du G20 pour sa décision prospective d’intégrer les énergies marines renouvelables dans l’agenda du G20. L’IRENA est heureuse de soutenir l’agenda du G20 Renewables. Marine avec notre expertise en matière de transmission d’énergie et la précieuse contribution de nos membres mondiaux. »

Pour mettre le monde sur une voie sans danger pour le climat, Scénario 1,5°C à Irina Il s’attend à une croissance exponentielle de l’éolien offshore, de l’énergie marine et du photovoltaïque flottant au cours des prochaines décennies. Par exemple, la capacité éolienne offshore passera de 34 gigawatts (GW) aujourd’hui à 380 gigawatts d’ici 2030 et à plus de 2 000 gigawatts d’ici 2050. L’énergie océanique représentera 350 gigawatts supplémentaires de capacité de production d’énergie renouvelable offshore d’ici 2050.

Le rapport d’aujourd’hui comprend 50 actions concrètes que les pays du G20 peuvent prendre pour définir leurs stratégies nationales pour les énergies marines renouvelables. Les actions suggérées comprennent le renforcement de la gouvernance des océans conformément au droit de la mer des Nations Unies, l’intégration des énergies marines renouvelables dans la planification spatiale marine nationale et la planification précoce des infrastructures telles que les câbles et les réseaux sous-marins. Les cadres politiques, la coopération internationale et l’investissement dans la recherche et le développement sont des recommandations clés pour l’externalisation mondiale. Le rapport recommande d’encourager les financements extérieurs dans la « voie financière » du G20.

Les énergies marines renouvelables ont le potentiel de contribuer de manière significative à l’ODD 14 sur l’utilisation durable des océans tout en promouvant les activités de l’économie bleue telles que la pêche, la navigation et le tourisme. Une économie bleue alimentée par les énergies marines renouvelables aiderait les îles et les pays côtiers à atteindre leurs objectifs nationaux alignés sur l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Le G20 est bien placé pour promouvoir les énergies marines renouvelables. Les membres représentent la grande majorité de l’activité économique et du commerce mondiaux et abritent à ce jour plus des trois quarts de la capacité installée totale des énergies marines renouvelables. 99,3 % de la capacité éolienne offshore totale et toute l’énergie océanique installée dans le monde se trouvent dans les pays du G20.

Le rapport d’aujourd’hui a été préparé par l’IRENA sur demande et pour la présidence italienne du G20. Il a bénéficié de la contribution du groupe de travail du G20 sur l’énergie et des informations fournies par l’adhésion mondiale de l’IRENA acquise dans le cadre de l’Agence. Cadre de collaboration sur les énergies marines renouvelables.





Source link

Laisser un commentaire