Aller au contenu
La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) collaborent pour accélérer la transition énergétique en Asie

La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) collaborent pour accélérer la transition énergétique en Asie


Abu Dhabi, Emirats Arabes Unis / Pékin, Chine, 21 septembre 2021 La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) ont signé un protocole d’accord s’engageant à travailler ensemble pour soutenir la transition énergétique de l’Asie et mobiliser davantage de capitaux privés pour les énergies renouvelables.

L’accord a été signé aujourd’hui par le président de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures Jin Liqun et le directeur général de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA). Francesco pas de caméra, lors d’une cérémonie virtuelle à l’occasion du nouveau partenariat. Le président Jin a souligné comment la Banque et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables travailleront ensemble pour accélérer les investissements et promouvoir la sensibilisation aux solutions d’énergie renouvelable à travers l’Asie.

« Avec la croissance de la demande énergétique en Asie et l’augmentation des défis posés par le changement climatique, nous devons nous assurer que la région investit plus que jamais dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique pour faciliter sa transition vers un mix énergétique à faible émission de carbone. Ce partenariat fait partie de le cheminement de la Banque vers la réalisation des objectifs énoncés dans l’Accord de Paris.

Aux termes du protocole d’accord AIIB-IRENA, la Banque et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) ont convenu d’intensifier leurs efforts pour débloquer des capitaux et accélérer l’adoption des énergies renouvelables par les membres de la Banque. M. La Camera a souligné que cet accord fait progresser les efforts de l’IRENA pour faciliter le flux de capitaux à faible émission de carbone dans la transition énergétique là où ils sont le plus nécessaires, notamment à travers la Plateforme d’investissement climatique, une initiative multipartite conçue pour mobiliser le capital climatique, dont L’IRENA est membre fondateur.

« La transition énergétique est la pierre angulaire des efforts mondiaux pour parvenir au développement durable, lutter contre le changement climatique et accélérer une nouvelle ère de croissance inclusive et sobre en carbone », a déclaré le directeur général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Francesco pas de caméra. « Grâce à des partenariats comme ceux-ci, nous pouvons catalyser le flux de capitaux vers les énergies renouvelables et les infrastructures liées à la transition énergétique afin de construire un système plus résilient, durable et inclusif. »

Aujourd’hui, l’Asie abrite environ 60 pour cent de la population mondiale et contribue à près de 50 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l’énergie. La région représente près de la moitié de la capacité mondiale en énergies renouvelables, selon l’Agence internationale des énergies renouvelables, contre moins d’un tiers il y a dix ans. Cependant, par rapport à sa taille, l’Asie est toujours à la traîne, les énergies renouvelables représentant moins de 15 % de la consommation totale d’énergie primaire en 2020.

En outre, les pays en développement d’Asie devraient représenter environ les deux tiers de la croissance énergétique mondiale d’ici 2040. Avec leur vaste richesse de ressources énergétiques durables et abordables, telles que l’hydroélectricité, l’éolien et le solaire, il est essentiel de répondre à cette croissance grâce aux énergies renouvelables. capacité énergétique.

dessous plan de collaborationLa Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures visera à atteindre ou dépasser 50 % du financement climatique d’ici 2025 en termes d’approbations de financement réelles, reflétant son engagement à soutenir l’Accord de Paris. qu’il Stratégie énergétique durable pour l’Asie (2017) définit également un cadre clair sur la manière dont la Banque investira dans des projets énergétiques qui améliorent l’accès à une énergie propre, sûre, abordable et fiable pour des millions de personnes à travers l’Asie.

La Banque s’associe à l’IRENA pour soutenir le mandat vert de l’AIIB et l’aider à atteindre ses objectifs ambitieux de financement climatique. L’AIIB joue déjà un rôle important dans l’augmentation des investissements du secteur privé dans le secteur des énergies renouvelables. Au cours des cinq dernières années, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures a investi dans 12 projets d’énergie renouvelable d’une valeur de 1,25 milliard de dollars en Égypte, en Inde, au Kazakhstan, aux Maldives, à Oman, au Pakistan, au Tadjikistan, en Turquie et au Népal.

En outre, 71 pour cent de la capacité installée financée par la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures était consacrée aux énergies renouvelables, avec environ 940 mégawatts d’énergie renouvelable ajoutés chaque année. La Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures a également investi au moins 500 millions de dollars dans le reprêt pour des projets d’énergie renouvelable par le biais d’intermédiaires financiers tels que le Tata Clinical Sustainable Infrastructure Lending Facility en Inde et le SUSI Energy Transition Fund pour l’Asie du Sud-Est.

L’IRENA a joué un rôle déterminant dans la mobilisation de fonds pour le déploiement des énergies renouvelables. Grâce à son partenariat avec le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement (ADFD), dans le cadre de la Facilité de projets IRENA/ADFD, il a soutenu des projets d’énergie renouvelable transformationnelle dans des pays en développement en Afrique, en Asie, en Amérique latine, dans les Caraïbes et dans le Pacifique. Dans le cadre de cette facilité, 350 millions de dollars de prêts à taux réduit ont été promis sur sept cycles de financement annuels, pour soutenir 32 projets dans 26 pays.

La Plateforme d’investissement climatique (CIP) a été lancée lors du Sommet sur l’action climatique du Secrétaire général des Nations Unies en 2019, en tant que partenariat global visant à intensifier l’action climatique et à traduire les objectifs climatiques nationaux ambitieux en investissements concrets sur le terrain. Les partenaires fondateurs sont l’IRENA, SEforALL et le Programme des Nations Unies pour le développement en coordination avec le Fonds vert pour le climat.





Source link

Laisser un commentaire